Document Type

Article

Publication Date

January 2016

Abstract

The Organisation for Economic Cooperation and Development (OECD) Guidelines for Multinational Enterprises (OECD MNE Guidelines) and the International Finance Corporation (IFC) Performance Standards on Environmental and Social Sustainability (IFC Performance Standards) are widely viewed as key international standards to which extractive companies operating internationally should comply. Indeed, these standards, together with the United Nations (UN) Guiding Principles on Business and Human Rights (UNGPs), are promoted by Canada in its November 2014 enhanced corporate social responsibility (CSR) strategy for extractive sector companies operating abroad. The strategy states that the Canadian government expects companies operating outside of Canada to “respect human rights and all applicable laws, and to meet or exceed widely-recognized international standards for responsible business conduct”. Yet the OECD and the IFC take distinct approaches to the embedding of indigenous rights and environmental rights, two categories of human rights commonly affected by extractive company operations. For example, the OECD MNE Guidelines address human rights and environment in different guidelines, and there are no specific guidelines concerning the rights of indigenous peoples. The IFC Performance Standards, on the other hand, refers to human rights only briefly in the first performance standard as part of its social risk assessment, but provides more detailed standards on various environmental and social matters including biodiversity conservation, pollution prevention and indigenous peoples’ rights. However, in early 2016, the OECD released a Due Diligence Guidance for Meaningful Stakeholder Engagement in the Extractives Sector (OECD Stakeholder Engagement Guidance) designed to provide practical guidance in line with the OECD MNE Guidelines. This paper will examine the commonalities and differences between the IFC and OECD approaches to the integration of business responsibilities for human rights with a focus on procedural environmental rights and the right of indigenous peoples to free, prior, and informed consent (FPIC). The paper will also briefly assess the potential effectiveness of these instruments in light of associated compliance mechanisms.Les principes directeurs de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) à l’intention des entreprises multinationales ainsi que les normes de performance en matière de durabilité environnementale et sociale de la Société Financière Internationale (SFI) sont généralement considérés comme des normes internationales fondamentales auxquelles doivent se conformer les compagnies du secteur extractif actives à l’étranger. Ces normes, ainsi que les principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits humains des Nations Unies, ont été promues par le Canada en novembre 2014 à travers la stratégie améliorée du Canada relative à la responsabilité sociale des entreprises. Cette stratégie affirme que le gouvernement canadien s’attend à ce que les compagnies opérant à l’étranger « respectent les droits de la personne, ainsi que toutes les lois applicables, et qu’elles satisfassent - et même surpassent - les normes internationales généralement reconnues en matière de conduite responsable des affaires ». Cependant, l’OCDE et la SFI adoptent des approches distinctes quant à l’incorporation des droits des Autochtones et des droits environnementaux, deux catégories de droits humains les plus touchées par l’opération d’entreprises du secteur extractif. Par exemple, les principes directeurs de l’OCDE traitent des droits humains et des droits environnementaux dans différents principes, sans faire mention des droits des Autochtones. En revanche, les normes de performance de la SFI, quoique ne référant que brièvement aux droits humains dans la Norme de performance 1 dans le contexte de l’évaluation des risques sur le plan social, offre toutefois des normes plus détaillées au niveau environnemental et social incluant la conservation de la biodiversité, la prévention de la pollution et les peuples autochtones. En avril 2015, l’OCDE a publié pour examen public une ébauche de son guide d’engagement pour parties prenantes dans le secteur extractif. Cet article examinera les similarités et les différences entre les approches de l’OCDE et de la SFI en ce qui concerne l’intégration de la responsabilité qu’ont les entreprises vis-à-vis des droits humains. Seront examinés plus particulièrement les droits procéduraux destinés à renforcer la protection de l’environnement ainsi que le droit des peuples autochtones au consentement préalable, libre et éclairé. Cet article évaluera également l’efficacité potentielle de ces deux approches à la lumière des mécanismes de conformité associés.

Included in

Law Commons

Share

COinS