•  
  •  
 
Dalhousie Law Journal

Keywords

Torts, False Light Tort, Privacy Torts, Yenovkain v Gulian

Abstract

The false light tort has been the most contentious of the four privacy torts recognized in many US states, receiving criticism for its uncertain connection to privacy interests, its overlap with defamation and its chilling effect on free speech. While the tort has not previously received much judicial or scholarly attention in Canada, the recent decision of the Ontario Superior Court of Justice in Yenovkian v Gulian recognized false light as a cause of action in the province. This article cautions other Canadian common law courts against following suit through an analysis of the nature, history, and criticisms of the tort in the US. Although a narrow version of the tort could differentiate the action from defamation, the privacy interests protected may not be sufficiently widespread and significant enough to warrant extending the common law. Furthermore, the chilling effect on freedom of speech cannot be discounted.

Le délit consistant à présenter une personne sous un faux jour a été considéré comme le plus controversé des quatre délits contre la vie privée reconnus dans de nombreux États américains, recevant des critiques pour son lien incertain avec le droit au respect de la vie privée, son chevauchement avec la diffamation et son effet paralysant sur la liberté d’expression. Bien que ce délit n’ait pas reçu beaucoup d’attention judiciaire ou académique au Canada, la récente décision de la Cour supérieure de justice de l’Ontario dans l’affaire Yenovkian c. Gulian a reconnu que la présentation d’une personne sous un faux jour constitue une cause d’action dans la province. Dans le présent article, nous mettons en garde les autres tribunaux canadiens de common law contre la possibilité de donner suite à cette décision en analysant la nature, l’histoire et les critiques de ce type de délit aux États-Unis. Bien qu’une interprétation plus étroite du délit puisse le différencier de la diffamation, le droit au respect de la vie privée ainsi protégé peut ne pas être suffisamment étendu et important pour justifier l’extension de la common law. En outre, l’effet dissuasif sur la liberté d’expression ne peut être écarté.

Creative Commons License

Creative Commons Attribution 4.0 License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 License.

Share

COinS